Menu

Les échos du GPI




AG

Assemblée générale du GPI

Le GPI se penche déjà sur la 73 ème édition
Devant une belle assistance, le Président du GPI : Jean Claude Willems présenta tout d'abord ses vœux , ceci en présence de Jacques Napieraj assisté de bon nombre d'élus du Conseil Municipal , d'Alain Penin le tout nouveau Président du Comité Pas de Calais de Cyclisme, ainsi que Michel Mollet Président de l’Amicale des Coureurs du Comité Flandres Artois et Joël Betremieux, le Président de MSO. Ce dernier tout heureux d'avoir eu la confirmation du dossier sécurité sur les prochains 4 Jours de Dunkerque.
Parmi les bonnes habitudes de ce rendez vous de clôture, c'est Robert Helleboid Président d'honneur qui ouvrit la séance, suivi du Président Jean-Claude Willems qui remercia l'ensemble des adhérents pour cette édition particulière. « Ce ne fut facile pour personne...On se souviendra longtemps des victoires de Philippe Gilbert et Lauren Kitchen pour l'épreuve féminine, du plateau proposé, de la 1ère édition de la course féminine et surtout de cette journée pluvieuse du 23 septembre...Et que dire de la prévision de tempête annoncée, qui heureusement décida de passer son chemin... Grâce à vous « Ce Grand Prix d'Isbergues » est entré dan la légende, des retombées PRESSE télés (surtout en Belgique) presses écrites internationales suite au retour gagnant de Philippe Gilbert, même si pour nous tout ne fut pas parfait ». 
Des propos poursuivis par la secrétaire Isabelle Vandaële avec un récapitulatif précis des deux épreuves , mais aussi un clin d'oeil sur la vie du GPI… Comme la 3ème édition du trophée Juline à Guarbecque : une édition qui laissera aussi de bons souvenirs avec la présence dans le peloton de Claudio Chiappuchi… Un El Diablo disponible avec tous qui inscrivit son nom au palmarès de l’épreuve chère à Christophe Fiancette. Autres actions le Forum associatif d'Isbergues et la réception MSO à Eps Herbeval. Avant de passer au bilan financier, Eric Malingue Vice Président évoqua son déplacement en représentation aux diverses assemblées du ROCC et de la Ligue Nationale de cyclisme. 
Coté finances la trésorière Pauline Gallois et Nicolas Leblanc représentant le cabinet d'expertise Soluce Expert Conseil à Sains en Gohelle et Isbergues présentèrent un bilan légérement déficitaire adopté à l'unanimité.
Avant de passer aux encouragements d'Alain Penin pour le Comité Départemental de cyclisme du Pas-de-Calais et le mot de la fin de Jacques Napieraj, Jean Claude Willems donna quelques indications sur le rendez vous 2019 qui ne devrait pas trouver trop de bouleversements avec : toujours deux courses internationales au programme et surtout un soleil annoncé... « Pour nos anciens , il faut remonter jusqu’en 1983 et la victoire de Sean Kelly pour trouver une édition soumise à de telles conditions de course… Alors soyez tranquille les prochains intempéries pour l’épreuve , si je compte bien, n’arriveront pas avant…2053 ! »
Texte & crédit photos: JM Hecquet
01

Le cyclisme sur route professionnel féminin entrera dans une nouvelle dimension en 2020

La nouvelle organisation du cyclisme sur route professionnel féminin entrera en vigueur dès la saison 2020. Découvrez ci-dessous les principales nouveautés.

Calendrier : quatre divisions d’épreuves

Le Calendrier International Route UCI féminin sera composé des quatre divisions suivantes : UCI Women’s WorldTour, UCI ProSeries, Classe 1 et Classe 2. 

L’UCI Women’s WorldTour comptera un maximum de 23 épreuves. L’UCI ProSeries sera constituée quant à elle de 20 à 30 courses. La Classe 1 totalisera quelque 25 événements et la Classe 2 une trentaine de compétitions. 

Les organisateurs des épreuves de l’UCI Women’s WorldTour et de l’UCI ProSeries seront tenus de respecter des standards d’organisation renforcés, notamment concernant la production TV des événements. En outre, l’historique – en termes de niveau de participation et du nombre d’années d’existence – des courses souhaitant rejoindre l’UCI Women’s WorldTour ou l’UCI ProSeries sera lui aussi pris en compte. 

Deux types d’équipes

Dès 2020, on retrouvera deux divisions d’équipes : les UCI Women’s WorldTeams et les Equipes Continentales Femmes UCI. 

Les UCI Women’s WorldTeams seront composées de 9 à 16 coureuses (2020 et 2021), puis de 10 à 20 à partir de 2022. Quinze équipes au maximum possèderont une licence UCI Women’s WorldTour, accordée sur la base des critères sportif, éthique, financier et administratif, auxquels s’ajoutera le critère organisationnel dès 2021. Les licences accordées entre 2020 et 2023 auront une durée de validité dégressive (quatre ans pour celles qui seront attribuées en 2020, puis trois ans en 2021 et deux en 2022). 


A partir de 2024, le Classement UCI des UCI Women’s WorldTeams déterminera la durée des licences : quatre ans pour les cinq équipes les mieux classées, trois ans pour les équipes classées du 6e au 10e rang, et deux ans pour les équipes classées de la 11e à la 15e position. L’UCI Women’s WorldTeam la moins bien classée pourra être reléguée en deuxième division si l’une des Equipes Continentales Femmes UCI souhaitant accéder au statut d’UCI Women’s WorldTeam est jugée meilleure au terme d’une évaluation sur la base des critères éthique, financier, administratif et organisationnel. En cas d’égalité, le critère sportif sera déterminant.

Les UCI Women’s WorldTeams pourront contribuer au développement du cyclisme féminin en engageant chacune deux stagiaires (de la catégorie Juniors deuxième année à la catégorie Elite), chaque année du 1er août au 31 décembre. 

Les UCI Women’s WorldTeams recevront leur licence de la Commission des Licences et devront suivre une procédure d’enregistrement annuelle par l’UCI. 

Les Equipes Continentales Femmes UCI seront composées quant à elles de 8 à 16 coureuses et seront enregistrées par leur Fédération Nationale respective. 

Quels types d’équipes retrouvera-t-on dans les différentes épreuves ?

Les épreuves de l’UCI Women’s WorldTour seront destinées principalement aux UCI Women’s WorldTeams ainsi qu’aux Equipes Continentales Femmes UCI, pour un minimum total de 15 équipes participantes et un maximum de 24.

Les épreuves de l’UCI ProSeries seront ouvertes aux UCI Women’s WorldTeams (quatre au minimum, 10 au maximum), aux Equipes Continentales Femmes UCI, aux Equipes Nationales et à deux équipes régionales et/ou de clubs du pays invitées au maximum, pour un total minimum d’équipes au départ de 15 et au maximum de 24 là aussi. 

Les épreuves de catégorie Classe 1 devront avoir 15 équipes au départ au minimum (UCI Women’s WorldTeams – d’une à cinq –, Equipes Continentales Femmes UCI, Equipes Nationales et équipes régionales et/ou de clubs. 
Enfin la Classe 2 devra compter au minimum 10 équipes de quatre coureuses (de toutes les catégories d’équipes précitées à l’exception des UCI Women’s WorldTeams, mais auxquelles s’ajouteront les équipes mixtes, c'est à dire constituées de coureuses indépendantes réunies temporairement à l’occasion d’une course). 

Classements : statu quo

Aucun changement à signaler du côté des classements : les Classements Mondiaux UCI individuel, par équipes et par nations, calculés sur la base de l’ensemble des épreuves du Calendrier International Route UCI féminin, continueront à cohabiter avec les Classements UCI Women’s WorldTour individuel, par équipes et de Meilleure Jeune.

 Introduction d’un salaire minimum et d’autres prestations

Dès 2020, les UCI Women’s WorldTeams seront tenues de verser un salaire minimum à leurs coureuses (prize money non inclus). 

Ce salaire sera de 15'000 euros en 2020, 20'000 euros en 2021, 27'500 euros en 2022, puis identique à celui des actuelles Equipes Continentales Professionnelles UCI masculines à partir de 2023. 

Le statut de néo-professionnelle sera introduit à partir de 2023 pour les UCI Women’s WorldTeams.

Les coureuses bénéficieront en outre des prestations suivantes :

- une limite de 75 jours de courses par an (courses individuelles et sélections nationales non incluses),
- 30 jours de vacances (courses individuelles et sélections nationales non incluses),
- une assurance maladie,
- une assurance maternité,
- un plan d’épargne-retraite (à partir de 2022),
- autres assurances (hospitalisation-rapatriement, accident, vie, invalidité, etc.) 

De 2019 à 2022, l’UCI contribuera à une augmentation de 10 % par saison des prize money des coureuses occupant les 20 premières places du Classement individuel pour toutes les courses du Calendrier International Route UCI féminin. Pour les courses par étapes, les coureuses classées de la 16e à la 20e place toucheront désormais elles aussi un prize money. A partir de la saison 2022, les coureuses toucheront 50 % du montant total des prize money remis à l’issue des étapes (au lieu de 20 % auparavant) pour le classement général afin d’être alignées avec le système en cours chez les hommes. 

Les UCI Women’s WorldTeams et les Equipes Continentales Femmes UCI toucheront une indemnité de participation aux épreuves UCI Women’s WorldTour et UCI ProSeries.

Source: www.uci.org
01

Cyclisme sur route professionnel masculin : les nouveautés 2020

Cyclisme sur route professionnel masculin : les nouveautés 2020

La nouvelle organisation du cyclisme sur route professionnel masculin sera mise en place graduellement à partir de la saison 2019, pour une entrée en vigueur complète au 1er janvier 2020. Découvrez ci-dessous ses principaux éléments et nouveautés.

Calendrier : trois divisions d’épreuves

Le Calendrier International Route UCI masculin sera composé des trois divisions suivantes : UCI WorldTour, UCI ProSeries et Circuits Continentaux UCI. 

En 2020, une UCI Classics Series verra le jour dans le cadre de l’UCI WorldTour, lequel regroupera comme actuellement un total de 38 épreuves d’un jour et par étapes, dont les trois Grands Tours (Tours d’Italie, de France et d’Espagne), pour environ 185 jours de course. Une vingtaine d’épreuves d’un jour, parmi les plus prestigieuses ou organisées dans des pays stratégiques, feront partie de l’UCI Classics Series.

L’actuelle classe HC disparaîtra au profit d’une nouvelle division de courses baptisée UCI ProSeries. Celle-ci sera composée de courses de classe HC ou de classe 1 actuelles qui respecteront un cahier des charges exigeant.

Statu quo du côté des cinq Circuits Continentaux UCI existants, qui resteront les piliers du cyclisme sur leur territoire respectif.

Les épreuves UCI WorldTour seront désignées pour une période de trois ans, plage qui offrira à leurs organisateurs la stabilité dont ils ont besoin. Ces derniers se sont engagés à contribuer au développement du cyclisme, par exemple en soutenant un programme mis sur pied par une Fédération Nationale, l’organisation de courses d’autres catégories (Femmes, Moins de 23 ans, Juniors) ou les activités du Centre Mondial du Cyclisme UCI.

Trois types d’équipes

A l’instar du Calendrier International Route UCI masculin, les équipes seront-elles aussi réparties dans trois divisions (comme c’est déjà le cas aujourd’hui) : UCI WorldTeams, UCI ProTeams (actuelles Equipes Continentales Professionnelles UCI) et Equipes Continentales UCI.

Dix-huit équipes possèderont une licence d’UCI WorldTeam attribuée pour une période de trois ans à l’issue d’une évaluation complète de l’ensemble des équipes candidates (et pas uniquement des équipes disposant déjà d’une licence) en fonction de critères éthiques, administratifs, financiers et organisationnels. Les équipes devront remplir chaque année ces critères. Le critère sportif sera quant à lui évalué au terme d’une période de trois ans. Les UCI WorldTeams seront composées de 27 à 30 coureurs professionnels.

Le nombre des UCI ProTeams (20 à 30 coureurs professionnels) et des Equipes Continentales UCI (10 à 16 coureurs professionnels) ne sera pas limité (mais conditionné au respect des prescriptions réglementaires spécifiques à chacune des divisions).

On notera que les UCI WorldTeams et les UCI ProTeams conserveront la possibilité d’accueillir des coureurs néo-professionnels et des coureurs stagiaires.

Comme les organisateurs des courses UCI WorldTour, les UCI WorldTeams seront tenues de contribuer au développement du cyclisme (les UCI ProTeams pourront le faire, mais cela ne sera pas obligatoire). Les options offertes sont par exemple de soutenir un programme mis sur pied par une Fédération Nationale, l’organisation de courses d’autres catégories (Femmes, Moins de 23 ans, Juniors) ou les activités du Centre Mondial du Cyclisme UCI.

Quels types d’équipes retrouvera-t-on dans les différentes épreuves de l’UCI WorldTour ?

Vingt-deux équipes de huit coureurs participeront à chacun des trois Grands Tours :

les 18 UCI WorldTeams auront l’obligation d’y participer ;
les deux meilleures UCI ProTeams (selon le Classement Mondial UCI par équipes final de la saison précédente) seront obligatoirement invitées ; le cas échéant, les invitations qui auront été déclinées seront remises à disposition de l’organisateur ;
deux autres UCI ProTeams seront invitées par les organisateurs (wild cards), voire davantage si l’une des deux meilleures UCI ProTeams invitées – voir les deux – renonce/nt à son/leur droit de participation.

Vingt-et-une à vingt-cinq équipes de sept coureurs prendront part aux épreuves de l’UCI Classics Series :

les 18 UCI WorldTeams, dont la participation ou l’invitation sera obligatoire sur la base des règles actuelles de participation ; pour les épreuves non concernées par la règle de la participation obligatoire des 18 UCI WorldTeams, la participation d’un nombre minimum d’UCI WorldTeams sera garantie ;
les trois meilleures UCI ProTeams (selon le Classement Mondial UCI par équipes final de la saison précédente) seront obligatoirement invitées ;
un maximum de quatre UCI ProTeams seront invitées par les organisateurs ; ces derniers ne seront cependant pas obligés de délivrer de wild cards.

Vingt à vingt-cinq équipes de sept coureurs disputeront les autres épreuves par étapes de l’UCI WorldTour :

les 18 UCI WorldTeams, dont la participation ou l’invitation sera obligatoire sur la base des règles actuelles de participation ; pour les épreuves non concernées par la règle de la participation obligatoire des 18 UCI WorldTeams, la participation d’un nombre minimum d’UCI WorldTeams sera garantie ;
les deux meilleures UCI ProTeams seront obligatoirement invitées (selon le Classement Mondial UCI par équipes final de la saison précédente) ;
un maximum de cinq UCI ProTeams seront invitées par les organisateurs ; ces derniers ne seront cependant pas obligés de délivrer de wild cards.

Vingt-et-une à vingt-cinq équipes de sept coureurs participeront aux autres épreuves d’un jour de l’UCI WorldTour :

les 18 UCI WorldTeams, dont la participation ou l’invitation sera obligatoire sur la base des règles actuelles de participation ; pour les épreuves non concernées par la règle de la participation obligatoire des 18 UCI WorldTeams, la participation d’un nombre minimum d’UCI WorldTeams sera garantie ;
les trois meilleures UCI ProTeams (selon le Classement Mondial UCI par équipes final de la saison précédente) seront obligatoirement invitées;
un maximum de quatre UCI ProTeams seront invitées par les organisateurs ; ces derniers ne seront cependant pas obligés de délivrer de wild cards.

Des classements simplifiés

Dès 2019, le seul classement calculé au niveau international sera le Classement Mondial UCI (le Classement UCI WorldTour disparaîtra). Le Classement Mondial UCI prendra en compte l’ensemble des courses du Calendrier International Route UCI. On retrouvera :

un Classement Mondial UCI individuel, prenant en compte toutes les épreuves internationales ; de plus, pour une meilleure lecture des performances, ce classement sera également décomposé en deux classements annexes, l’un affichant les points obtenus sur les seules courses d’un jour, l’autre affichant les points obtenus sur les courses par étapes uniquement ;
un Classement Mondial UCI par équipes, qui prendra en compte toutes les épreuves internationales ; il sera calculé sur la base des 10 meilleurs coureurs de chaque équipe ; là aussi, un classement sera calculé sur la base des seules courses d’un jour, et un autre sur celle des courses par étapes uniquement ;
un Classement Mondial UCI par nations.
Les Classements Continentaux UCI subsisteront dans leur forme actuelle.

Source: www.uci.org


01

Coupe de France LNC 2018

Remise des Prix (La Longeville - Doubs)

La remise des prix de la Coupe de France LNC s’est déroulée cette année dans la commune de La Longeville, non loin de Pontarlier. Un bon nombre de personnes ayant répondu à l'invitation de Jean Louis Perrin, l'organisateur du Tour du Doubs.

Marc Madiot, Président de la Ligue Nationale de Cyclisme, a rappelé que le cyclisme Français se porte bien à la vue des résultats de nos coureurs. Il a aussi tenu à remercier les organisateurs étant en majorité des bénévoles qui oeuvrent pour apporter des épreuves de qualité aux coureurs.

Voici le classement de la Coupe de France LNC 2018:

Classement individuel:
     1. Hugo Hofstetter  (Cofidis Solutions Credits) 151 points
     2. Samuel Dumoulin (AG2R La Mondiale) 121 points
     3. Christophe Laporte (Cofidis Solutions Credits) 103 points

Classement des jeunes:
     1. Hugo Hofstetter (Cofidis Solutions Credits) 151 points
     2. Guillaume Martin (Wanty - Groupe Gobert) 88 points
     3. Valentin Madouas (Groupama - FDJ) 68 points

Classement équipe:
     1. Cofidis Solutions Credits 133 points
     2. AG2R La Mondiale 126 points
     3. Groupama - FDJ 113 points

Photos B.Bade LNC

Article de l'Echo de la Lys GPI 2018

Article de l'Echo de la Lys GPI 2018

01

Débriefing en famille après le 72ème GPI...

Afin de tourner la page et en attendant l'Assemblée Générale du Grand Prix d'Isbergues  prévue en décembre prochain , le Président  Jean Claude Willems et le Conseil d'Administration au grand complet , ont donné rendez vous aux membres de l'association du GPI  afin d'analyser les «  + et les - » de cette édition 2018 …  
Une réunion constructive prenant la suite aux remerciements des  bénévoles comme lors des rencontres de Guarbecque , au lendemain de l'épreuve, et des récompenses de MSO et GPI à Eps Herbeval le 19 octobre dernier . 
Dans son introduction Jean Claude Willems remercia l'ensemble des adhérents pour cette édition particulière …. «  Ce ne fut  facile pour personne...On se souviendra longtemps de cette victoire de Philippe Gilbert, du plateau proposé , de la 1ère édition de la course féminine et surtout de cette journée pluvieuse du 23 septembre...Et que dire des prévisions de tempête annoncée , qui heureusement décida de passer son chemin... Grâce à vous  « Ce Grand Prix d'Isbergues » est entré dan la légende ,  des retombées PRESSE télés (surtout en Belgique) presses écrites internationales suite au retour gagnant de Philippe Gilbert , même si pour nous tout ne fut pas parfait ». Arriva ensuite les questions de la salle avec pour certains points d'amélioration à apporter comme pour les parkings, parc automobile à réduire,  la restauration, la gestion des badges bracelets, la presse … Des points positifs que les membres des diverses commissions adopteront pour la prochaine édition du 22 septembre 2019. 
 
JM Hecquet Responsable Presse du GPI 
GSM : 06 17 06 87 87  jmhecquet@gpisbergues.com

MSO honore les signaleurs du GP d’ISBERGUES 

 Epilogue de la 72ème édition 
Afin de conclure l’édition 2018 du Grand Prix d’Isbergues en Pas de Calais, Manager Sécuriser Organiser MSO a honoré les villes , villages traversés et récompensé les bénévoles mobilisés pour l’événement .  
 Une réception qui se déroula en toute convivialité répondant à l’invitation d'Arthur Hermant , Maire  de Eps-Herbeval  et Joel Bétrémieux Président de MSO. Ceci en présence de nombreuses personnalités dont de nombreux élus  , des responsables du GPI emmenés par Sébastien Vandaële,  du Commandant de Gendarmerie Didier Deloffre, de Michel Mollet Président de l’Amicale des Anciens ou encore l’ex Président du GPI Guy Michel Dupont . (texte et Photos JMH) . 
En l'absence du Président du GPI, Jean Claude Willems prit par ailleurs , c'est Sébastien Vandaële qui  eut   l’honneur de remercier les personnalités présentes . 
Pour le Vice-Président du GPI la réception de ce soir restant un grand moment , rapprochant le GPI et son organisations des bénévoles des communes traversées : « Notre épreuve a traversé 36 communes, et il nous fallait plus de 300 signaleurs pour sécuriser la double course « Dames et Hommes »...Malgré le temps épouvantable de ce 23 septembre , pas un carrefour, pas une route, pas un chemin n'ont été abandonnés...Et je vous en remercie ! » 
 
Puis avant de passer le relais à Joel Betrémieux et MSO Manager Sécuriser Organiser pour la remise des récompenses 2018 , ce dernier insista à son tour sur le rôle ingrat du signaleur : « Il n'a pas fait beau , je pense qu'il a même plu... Vous avez bravé la pluie , puis le froid durant des heures... Voire 7h pour certains ! J'avais presque honte d’être à l'abri dans mon véhicule MSO d'avant course...Cette réception est encore plus méritée cette année compte tenu des conditions météos et avec le GPI nous sommes heureux d’être ici avec vous afin de vous honorer »  
Le MSO  Manager Sécuriser Organiser et le GPI unis afin de mettre à l’honneur les signaleurs 
 
Prix signaleurs :  
Aire sur la Lys : Mme Marie France Duriez  
Auchy au Bois : Jean François Delplace  
Enquin les Mines : Christian Poiret 
Ham en Artois : Henri Martel 
Hestrus : Régis Laquay 
Lambres les Aires : Cindy Charleys 
Lières : Virginie Houque  
Lisbourg : Cathy Matte, Philippe Pacaux 
Mazinghem : Emmanuelle Pigouche 
Nedon : Cedric Macke, Daniel François 
Rely : Marie Jeanne Oguet  
Récompenses Communes Accueil Réunions de Sécurité : 
Anvin : André Olivier et Patrick Vanneuville 
            Récompensés : Mr et Mme Cayet 
Lespesses : Arnaud Picque 
Eps-Herbeval : Arthur Hermant 

1

Réunion Guarbecque : LES DIRIGEANTS DU GPI N’ONT PAS DE MOTS ASSEZ FORTS AFIN DE REMERCIER TOUS LES BÉNÉVOLES !

C’est devenu une bonne habitude au lendemain du GP d’Isbergues, les responsables des épreuves Masculines et Féminines gagnées cette année par Philippe Gilbert et Laureen Kitchen se réunissent en Mairie de Guarbecque afin de faire le point sur l’événement passé…
C’est ainsi que le directoire du GPI autour du Président Jean Claude Willems se retrouvèrent aux cotés des élus locaux dont Didier Depaeuw Premier Adjoint.
Ce dernier en ouverture excusa Monsieur le Maire Christophe Fiancette et évoqua cette « grande journée » du 23 septembre bien arrosée … 
« Nos bénévoles sur les deux épreuves Femmes et Pros , présents sur l’ensemble de la commune , sans oublier ceux sur les autres villages traversés ,ont eu un courage exemplaire. Avec pour certains une attente extérieure variante de 4 à 6h sous la pluie…Mais comme les forçats de la route qui ont terminé l’épreuve , ceci garderont gravées à jamais les images de cette édition 2018…Et je tenais à les remercier ! »
De son coté Jean Claude Willems n’eut pas de mots assez forts afin de remercier « les hommes et femmes de terrain » indispensables pour un tel événement « Nous tenons à remercier l’ensemble des bénévoles signaleurs qui ont bravé la pluie, le vent, le froid…sans quitter leurs postes et qui ont contribué ainsi à la réussite des épreuves du Grand Prix d’Isbergues Dames et Hommes»
Remerçiant par messages interposés tous les courageux qui se sont investis pour cette journée, et le gros travail de MSO avec l’équipe de Joel Betremieux. Car cette belle fête malgré tout et qui restera, sans doute, gravée dans les mémoires… Pour la 3ème édition du GP Juline , là encore Michel Mollet eut les mêmes mots: ” Il faut effectivement remercier tout le monde, comme pour le Grand Prix suite au mauvais temps nous avons du écourter l’épreuve… Mais pour une fois personne ne nous en voudra…Pour le Président de l’ACCFA cette édition aussi laissera de bons souvenirs avec la présence dans le peloton de Claudio Chiappuchi …Avec un El Diablo disponible avec tous qui inscrivit son nom au palmarès de l’épreuve chère à Christophe Fiancette… “
Le mot de la fin revenant à Sébastien Vandaele « Pour nos anciens , il faut remonter jusqu’en 1983 et la victoire de Sean Kelly pour trouver une édition soumise à de telles conditions de course… Alors soyez tranquille les prochains intempéries pour l’épreuve , si je compte bien, n’arriveront pas avant…2053 ! »



1

GP ISBERGUES FEMININ: LAUREN KITCHEN OUVRE LE BAL !

Dans des conditions de course difficiles : pluie et vent l’australienne Lauren Kitchen (FDJ-Nouvelle Aquitaine-Futuroscope) a remporté ce dimanche la première édition du Grand Prix International d’Isbergues-Pas-de-Calais Féminin (WE 1.2), disputée sur 125,2 kilomètres.

Dans des conditions météo très difficiles avec de la pluie presque incessante, du vent (toutefois loin d’une prévision tempétueuse), des routes noyées de boue et de feuilles, il fallait beaucoup de courage aux filles des 17 équipes pour prendre le départ et rallier l’arrivée après 125,2 km parcourus en 3h35' d’autant que le circuit était tortueux et bosselé.

Dès Auchy au bois, (après moins de 10 bornes de course) sortie du peloton pour Coralie Demay ( FDJ Nouvelle Aquitaine Futuroscope ) qui tiendra quelque temps en tête avant de laisser sa place à Eugénie Duval , toujours de la même équipe.
Derrière, ses coéquipières musèlent la tête de course qui perdra des éléments à pratiquement chaque point chaud.
Avec un écart moyen de 3 minutes, Eugénie s’est offert une sortie de pratiquement 100 bornes raflant au passage les récompenses des monts et des sprints. Si le peloton l’avait parfois en ligne de mire, il n’est jamais rentré. Encouragée tout au long de son périple par des spectateurs bravant les éléments, c’est avec un grand courage qu’elle aligna les difficultés.
Ce n’est qu’ à l’entrée du circuit local que le regroupement s’est effectué et le second étage de la fusée FDJ explose : l’ Australienne Lauren Kitchen s’extrait avec force du peloton et navigue avec quelques dizaines de secondes devant la meute e chasse et parvient à conserver son avance jusqu’à lever les bras sur la ligne.
Pour parfaire la domination de la – seule – formation française UCI , le sprint du peloton est remporté par Roxane Fournier réglant Pascale Jeuland (Doltcini-Van Eyck Sport ) . Elles étaient encore 30 filles à sprinter pour les places d’honneur.
Au protocole ; outre les 3 premières ; on retrouve donc Eugénie Duval pour les Monts, les sprints et la combativité, le dossard vert pour Jessy Druyts ( Experza – Footlogix ) et la place de meilleure jeune pour la 5e de l’épreuve : Gladys Verhulst ( Dn 17 nouvelle Aquitaine ).
Une bien belle épreuve concoctée par les dirigeants du GPI et à ce jour, la seule d’envergure dans notre région. L’apport du spécialiste Marc Duquesnoy en directeur de course fut bénéfique sur la participation d’équipes étrangères.
Plusieurs de ces féminines revenaient d’une course à Madrid, le changement de climat fut difficile !
(Texte JM Hecquet, photo Ph Seys)
1

Philippe Gilbert s'impose en patron!

La pluie et le vent s’étaient invités sur cette 72ème édition du Grand Prix d’Isbergues Pas-de-Calais Masculin (1.1). 
Le départ est donné aux alentours de midi et rapidement l’organisation décide de raccourcir quelque peu le parcours. Les coureurs ont effectué quatre tours de circuit en fin de course au lieu des six initialement prévus.
Malgré des conditions climatiques compliquées, les premiers attaquants ne tardent pas à montrer le bout de leur nez. Sylvain Chavanel (Direct Energie) est de ceux-là, mais le vent d’ouest rend sa progression difficile. Quatre hommes décident à leur tour de prendre les devants. Ils seront rejoints peu après par un groupe de contre portant à 11 le nombre de coureurs présents dans l’échappée. Derrière le peloton est étiré et plusieurs coureurs se retrouvent pris dans des cassures. La pluie se calme un instant, ce qui permet à d’autres coureurs de faire la jonction avec le groupe de tête. On retrouve à l’avant Fernando Gaviria, Florian Sénéchal, Philippe Gilbert (Quick-Step Floors), Yoann Offredo (Wanty-Groupe Gobert) ou encore Jasper Stuyven (Trek-Segafredo), entre autres. Les kilomètres passent et le nombre de coureurs présents à l’avant diminue. Ils ne sont plus que onze aux avant-postes, pris en chasse par un groupe de treize. Les coureurs arrivent alors sur le circuit.
Philippe Gilbert prend le large en compagnie de Christophe Laporte (Cofidis). Le Français, très en forme, sera victime d’une crevaison mais parviendra malgré cet incident à revenir en tête de course. Dans le peloton c’est l’hécatombe. Plusieurs coureurs ont sauté et il ne reste plus qu'une quarantaine d'hommes à 15 kilomètres de l’arrivée. Devant, Philippe Gilbert ne se pose aucune question, accompagné par Christophe Laporte. Les deux fuyards enregistrent une avance de 20 secondes à 5 kilomètres du terme du Grand Prix. Florian Sénéchal (Quick-Step FLoors) parvient quant à lui à s’extirper du groupe de contre et grignote petit à petit du terrain sur Gilbert et Laporte. Les deux hommes de tête commencent à se regarder dès le passage sous la flamme rouge. Philippe Gilbert fait parler son expérience et devance sur la ligne le Français. « J'ai travaillé énormément pour revenir et j'étais déjà très heureux d'être au départ ce dimanche midi. La course a été très dure, avec une température de 7 degrés, mais j'ai tenu à être à l'avant constamment. Les hommes forts ont fait la différence dans le final. Je suis donc très heureux de m'être imposé. Cette victoire est la première de ma saison. C'est souvent notre force chez Quick-Step d'être plusieurs dans le final. La situation était donc idéale pour nous, même si Christophe Laporte était très fort. Je me suis bien rassuré sur ma condition et cette victoire a un goût très spécial pour moi. » a expliqué Philippe Gilbert après l’arrivée.
Il s’agit donc d’un retour à la compétition plus que réussi pour l’ex-champion du monde depuis sa fracture de la rotule gauche survenue au Tour du France, où il avait chuté dans un ravin. A noter que quatre français terminent dans les six premiers.
(Photo JM Hecquet)

1 2